[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Le Qinghao soit Artemisia annua ou armoise annuelle, connue en Chine depuis plus de
deux millénaires, va peut-être soulager l’Afrique et ses enfants du paludisme, et
potentiellement révolutionner les thérapies anticancéreuses.

Aujourd’hui, la chimiothérapie anticancéreuse se voit limitée par le développement de
résistances compromettant les drogues et des effets indésirables lourds pour les patients. Les
recherches de nouveaux agents antitumoraux passent par l’étude des ressources naturelles
telles que les plantes, l’artémisinine bio et ses dérivés illustrant l’intérêt à apporter au monde
végétal de par ses propriétés :
– de lutte contre l’angiogenèse tumorale par inhibition de la liaison du VEGF à son
récepteur et diminution de l’expression du VEGF et de son récepteur. Le VEGF
produit par les cellules néoplasiques étant un facteur angiogénique fortement impliqué
dans la néovascularisation de la tumeur, la dihydroartémisinine possède donc un effet
antiprolifératif sur les cellules endothéliales et cancéreuses. Ces effets sur la
fonction VEGF ont également des répercussions dans le paludisme cérébral :
l’angiogenèse des vaisseaux sanguins au sein desquels les plasmodies sont séquestrées
est affectée par la down-régulation du VEGF par la dihydroartémisinine, avec une
diminution potentielle des dommages neurologiques et des symptômes.
– antiprolifératives sur certaines lignées de cellules cancéreuses, avec des dérivés de
l’artémisinine bio particulièrement actifs contre la leucémie et le cancer du colon,
intermédiaires dans les cancers du sein, de l’ovaire, de la prostate et du rein ainsi que
les mélanomes, faibles dans les cancers pulmonaires non à petites cellules 11831.

 

L'artemisinie une plante anti-cancer naturel puissant

L’artemisinie bio une plante anti-cancer naturel puissant

– d’induction de l’apoptose des cellules cancéreuses.
– d’induction d’un stress oxydatif en présence de fer avec production de radicaux libres
et d’espèces oxygénées réactives auxquels les cellules cancéreuses sont sensibles.
– sur l’expression des gènes tumoraux impliqués dans la réponse des cellules
néoplasiques aux chimiothérapies, dont l’étude permet de prévoir l’impact d’un
traitement sur une lignée cancéreuse.
Enfin, une des caractéristiques marquantes de l’artémisinine bio est l’absence de résistance
croisée du Plasmodium avec les autres antipaludéens, ce qui nourrit des espoirs dans le
traitement des cancers multi-résistants

Pour en savoir plus sur l’artémisinine bio et son pourvoir anti-cancer sivitez nos blogs : www.artémisinine.biologique.bio
www.armoise.biologique.bio
www.artemisia.biologique.bio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*